Rennschmiede Pforzheim – le concept est fin prêt

L’équipe Rennschmiede Pforzheim qui participait jusqu’ici au Formula Student avec un véhicule à combustion sera sur la ligne de départ pour la première fois avec un bolide électrique à partir de 2020. Cela signifie non seulement une nouvelle conception, mais aussi un nouvel aspect dans le soutien apporté par STOBER : jusqu’ici purement financier, il inclut désormais des réducteurs, des moteurs, des servo-variateurs et un immense savoir-faire mis à disposition par le spécialiste des entraînements. Les étudiants ont invité fin novembre les sponsors et les mécènes dans leur établissement et leur ont présenté, à cette occasion, le nouveau concept du RSP20.
Read More

L’équipe Rennschmiede Pforzheim qui participait jusqu’ici au Formula Student avec un véhicule à combustion sera sur la ligne de départ pour la première fois avec un bolide électrique à partir de 2020. Cela signifie non seulement une nouvelle conception, mais aussi un nouvel aspect dans le soutien apporté par STOBER : jusqu’ici purement financier, il inclut désormais des réducteurs, des moteurs, des servo-variateurs et un immense savoir-faire mis à disposition par le spécialiste des entraînements. Les étudiants ont invité fin novembre les sponsors et les mécènes dans leur établissement et leur ont présenté, à cette occasion, le nouveau concept du RSP20.

L’équipe Rennschmiede Pforzheim qui participait jusqu’ici au Formula Student avec un véhicule à combustion sera sur la ligne de départ pour la première fois avec un bolide électrique à partir de 2020. Cela signifie non seulement une nouvelle conception, mais aussi un nouvel aspect dans le soutien apporté par STOBER : jusqu’ici purement financier, il inclut désormais des réducteurs, des moteurs, des servo-variateurs et un immense savoir-faire mis à disposition par le spécialiste des entraînements. Les étudiants ont invité fin novembre les sponsors et les mécènes dans leur établissement et leur ont présenté, à cette occasion, le nouveau concept du RSP20. Les étudiants qui forment l’équipe Rennschmiede Pforzheim sont tout à fait conscients de la tâche ardue qui les attend lors de la prochaine édition du Formula Student Electric (FSE). C’est au volant de leurs bolides équipés d’un moteur à combustion qu’ils ont remporté jusqu’ici des victoires sur les grands circuits du monde. « Précisons que le développement d’une voiture de course à propulsion 100 % électrique est pour nous une aventure en terrain inconnu. Nous devons revoir entièrement notre concept », explique Michael Schaffranek devant le public de sponsors, d’amis et de mécènes invités par l’Université de Pforzheim (Allemagne). Schaffranek, étudiant en génie mécanique, a assumé la direction technique Mécanique au cours de cette saison. Selon lui, l’objectif pour 2020 n’est pas de se placer parmi les premiers. « Pour l’instant, nous aspirons tout d’abord à développer un véhicule avec lequel nous franchirons la ligne d’arrivée – ce serait déjà ça de gagné. À partir de là, nous pourrons alors évoluer au courant de l’année suivante. ». L’équipe Rennschmiede mise sur les technologies connues et sur l’aide de sponsors pour construire un bolide apte à rouler. Parmi ces sponsors, la société STÖBER Antriebstechnik sise à Pforzheim. « Nous entretenons de très bonnes relations de longue date avec l’université », déclare Stephan Scholze, Chef du Management Center Électronique auprès de STOBER. « Par le passé, le soutien de notre société à l’équipe Rennschmiede en qualité de sponsor platine était de nature purement financière ; désormais, nous fournissons des composants d’entraînement de qualité supérieure et nos ingénieurs assistent l’équipe avec un très grand savoir-faire », ajoute le Dr. Florian Dreher, premier interlocuteur auprès de STOBER pour le domaine des motoréducteurs. Le spécialiste des entraînements fournit deux moteurs brushless synchrones à grande vitesse que les futurs techniciens installeront sur l’essieu arrière, deux réducteurs planétaires compacts et deux servo-variateurs SI6 à forte dynamique. Ces unités sont utilisées entre autres dans les machines-outils ou dans les installations Pick-and-Place, c’est-à-dire dans les applications qui requièrent des mouvements et des positionnements très rapides et très précis – le domaine de prédilection du spécialiste de Pforzheim. « Normalement, nos solutions ne sont pas prévues pour équiper les véhicules », explique le Dr. Dreher. C’est la raison pour laquelle lui et ses collègues des départements Développement respectifs ont légèrement modifié les réducteurs et un peu plus les moteurs et les servo-variateurs – « sans pour autant les intégrer », souligne-t-il. Après tout, cette réalisation incombe aux étudiants. Tandis que les clients de STOBER installent leurs servo-variateurs dans l’armoire électrique, ceux-ci doivent, dans une voiture de course, être montés dans un carter qui les protège de la saleté et de l’humidité. D’autres points également importants sont un refroidissement extrêmement efficace des motoréducteurs et une performance accrue des variateurs. « Les étudiants développent les concepts en concertation étroite avec les experts de STOBER et les mettent eux-même en œuvre », explique le Dr. Dreher pour décrire la collaboration. Ils savent après tout très bien ce dont ils ont besoin – quel couple est nécessaire sur l’essieu arrière par exemple ou la position des composants à installer. « Ce qui importe, c’est de veiller à la parfaite harmonie entre les moteurs et les réducteurs en vue de cette tâche », déclare Michael Schaffranek pour expliquer l’un des défis que doit relever la conception : « Dans la courbe, la roue extérieure tourne plus vite que la roue intérieure. Nous travaillons encore à trouver le moyen d’arranger cela. ». De cette manière, l’écurie préparera progressivement la nouvelle voiture de course qui répond cette saison au nom de RSP20 pour la qualification. En effet, le Formula Student Germany est un concours de conception au cours duquel des experts évaluent les participants dans les catégories concept, planification et véhicule. Tous les bolides étant des prototypes, ils doivent respecter un certain nombre de mesures de sécurité et de règles. Si les équipes remplissent ces conditions de base avec leurs véhicules, elles peuvent participer à la course. « Le contrôle concerne entre autres la batterie, la sécurité électrique ainsi que tous les composants et accessoires en rapport avec la sécurité », explique Schaffranek. Aucune fuite de liquide de service n’est autorisée et les règlements relatifs aux structures de protection en cas de retournement doivent être observés. À cela s’ajoute le respect d’un niveau sonore déterminé et un test de frein. « Nous voulons passer chaque contrôle avec succès avec le nouveau RSP20 », explique le futur ingénieur en génie mécanique. « Car ce n’est qu’une fois tous les contrôles réussis que nous serons autorisés à participer à la course au volant de notre bolide ». Et tel sera le cas, déclare l’ingénieur STOBER Stephan Scholze, convaincu. « Les étudiants feront certainement face à quelques ratés au cours du projet, mais quel meilleur moyen pour eux d’apprendre ? Nous serons à tout moment à leurs côtés pour leur apporter nos conseils et notre savoir-faire ». L’achèvement du prototype est prévu pour février 2020.